Module 2 - Trajectoires vers une sobriété numérique ?

Le début La fin

Haro à la technique et au système technicien informatique !


Grand penseur de la technique, Jacque Ellul, en 1982, dans Changer de révolution, affirme, apparemment en contradiction avec ses thèses antérieurs sur l'autonomie de la technique, que la micro-informatique offre une chance historique de réorienter le système technicien dans un sens émancipateur. Mais cette espérance est vite déçue et 6 ans plus tard il conclut finalement :"Actuellement j'estime que la partie est perdue. Et que le système technicien exalté par la puissance informatique a échappé définitivement à la volonté directionnelle de l'homme." (dans Jarrige, p.292)

Selon François Jarrige, p.12 la ligne de fracture ne passe pas entre les partisans et les opposants à la technique, mais entre ceux qui prétendent que les techniques sont des outils neutres, que le progrès technique est un dogme non questionnable, et ceux qui y détectent des instruments de pouvoir et de domination, des lieux où se combinent sans cesse des rapports de force et qui, à cet égard, doivent être critiqués.
p.14
Chaque système technique a sa pensée propre. Ainsi, les impératifs de productivité et d'efficacité que nous plaçons au coeur de notre rapport au monde et à la technique sont le fruit des mutuations du capitalisme industriel, mais ils ne sont pas les seuls possibles.

e
Questionner les manières de faire sans remettre en cause les objectifs
  • GreenIT Le site référence sur le sujet, mine d'informations sur l'actualité des transitions numériques écologiques, sur les bonnes pratiques d'éco-conception (malheureusement rarement ouvertes et accessibles sous licence libre), une mine pour la transition, mais une mine qui n'est pas clair sur les objectifs : faire croître un numérique plus vert et malgré tous nos efforts toujours plus gourmand, ou repousser le jour du dépassement au 1er janvier ?
  • La "permaculture numérique" vue par un médiateur numérique indépendant, une approche intéressante, mais réutiliser ce mot hautement connoté avec une dimension de respect de la Terre, pour en utiliser les concepts opérationnels mais en oublier l'objectif n'est il pas questionnant ?
  • Quand les grandes entreprises appréhendent un numérique responsable, ou comment questionner et avancer sur le comment (des documentations de qualité pour transformer certaines pratiques de conception, des référentiels de mesures, de bonnes pratiques) sans questionner le pourquoi!
  • Manifeste on est la tech!,quand les travailleurs et travailleuses du numérique questionnent collectivement le sens, malheureusement l'écologie n'est pas au centre...

Du numérique, oui évidemment, mais peut être moins, peut être autrement, et en étant conscient des conséquences et de l'apport réel de ces outils
  • Interview de Philippe Bihouix, auteur de L'âge des Low Tech
  • Bihouix p.196 Sur les serveurs et centres de données, [...]il est possible, en reconcevant correctement l'architecture, et en acceptant d'intégrer des tests de sobriété, de rendre les mêmes services (stockage de fichiers, serveurs Web...)en divisant les infrastructures existantes par dix.
  • Economiser sur le nombre d'équipements, leur durée de vie, voir aller sur la mutualisation d'ordinateurs à l'instar des espaces de médiation numérique il y a quelques années.

  • Jarrige p.282 Le techno-discernement : Il ne s'agit pas de réaliser un "retour en arrière" mais de fonder de nouvelles pratiques sur le formidable corpus de connaissances et d'expériences que nous avons pu accumuler jusqu'à présent. Et p.284 Attention à l'effet rebond, qui réduit ou annihile les gains escomptés : c'est ainsi que les voitures à la motorisation optimisée deviennent plus lourdes et plus émettrices de CO2 chaque année, que le réseau 5G bien plus efficace par unité d'information transportée permettra et génèrera en retour une énorme augmentation du trafic. C'est donc bien dans la réduction à la source, dans la sobriété et non seulement dans l'efficacité technologique qu'il faut chercher une voie.

Comment ? Peut être est-ce là le nouvel espace dont doit s'emparer la médiation numérique ....

Un système numérique tellement complexe qu'il est inimaginable de l'amener à devenir compatible avec le respect de la Terre et des Hommes, alors sortons-en!
  • Le collectif Ecran Total ou se mettre en résistance contre l'utilisation contrainte du numérique dans tous les domaines

  • Dans Contre l'alternumérisme une critique forte et totale du système technicien numérique :
    • p.30 Concernant un développement "durable" du numérique : Pour tous les acteurs de la green tech il serait superflu et même dangereux que la masse des consommateurs se pose la question du nécessaire pour mener une vie bonne, de la finalité des objet électroniques[...]. Au diable la philosophie, il s'agit simplement d'avoir moins d'impact, de faire travailler les industriels (et les consommateurs eux-mêmes) à des alternatives plus vertes.
    • p.50 Concernant l'approche inclusive au numérique, prenant l'exemple de Super Demain:On ne s'y interroge pas sur ce qu'il faudrait changer pour être moins dépossédés de nos conditions d'existence, on fait juste en sorte que "les promesses du numérique soient partagées collectivement.
    • p.57 Sur la possibilité d'un Internet libre, décentralisé et repris en main par les "citoyens" Les technologies numériques ne sont pas réappropriables, car elles sont le fruit d'une société de masse, d'experts, constituée de rapports de domination et d'exploitation, d'infrastructures complexes et gigantesques dont les citoyens ne peuvent qu'être dépossédés : on ne mettra pas des centrales nucléaires en autogestion, de même qu'on n'impliquera pas les citoyens de manière "participative" dans l'exploitation d'une mine au Congo, ou qu'on ne produira pas de manière "écologique" des claviers en plastique, des puces en silicium, des écrans de verre, des milliers de kilomètres de câbles sous-marins. & p.62 L'enjeu de l'accès au code source libre est devenu tellement important pour les entreprises que même les Etats les plus autoritaires ont renoncé à toute velléité d'en bloquer l'accès : quand des textes d'opposants politiques ont été diffusés sur Git Hub, la Chine n'en a bloqué l'accès que deux jours
    • p.102 sur la régulation politique Ceux qui font appel à la régulation d'Etat sont donc, au choix, mal intentionnés, gravement naîfs, ou les deux à la fois.[...]Même si le plus radical des technocritiques remportait les élections présidentielles[...] il est beaucoup plus probable [...] que des campagnes de communication du Ministère de la Santé ou de l'Environnement verront le jour pour nous encourager à modérer nos usages. Tandis que tout dans la société - l'école, l'entreprise, la publicité, l'administration, nos amis- continuera de nous y pousser.
- Pour aboutir au positionnement globale suivant
p.110 Les T.I.C [...]font système, elles deviennent un cadre de vie, elles changent par là nos manières d'être au monde. [...]Or cette société qui les crée et qu'elles contribuent à créer, par leur production en masse et leur généralisation, c'est celle de l'immédiateté, de la volonté de puissance, de l'énergie prétendument illimitée, de la séparation physique, etc....
p.121 Malgré toutes les bonnes intentions, régler de manière parcellisée et spécialisée les difficultés est illusoire devant la puissance d'un tel système, dont on ne contrôle rien si on ne contrôle pas tout. Ce décalage entre la réalité des faits et la compréhension qu'on peut en avoir devrait nous être insupportable, puisqu'il signifie notre obsolescence en tant qu'êtres simplement humains. & p.124 La seule solution est une désescalade technologique, avec des techniques simples et conviviales, ce que, par essence, le numérique ne peut pas être.

Chemin et Point d'arrivée

Pour conclure, je citerai Ecotopia, ce livre où Ernest Callenbach a imaginé l'Ouest américain faisant sécession pour construire une utopie écologique, p.164 "Les Ecotopiens semblent donc adeptes des transformations progressives pour atteindre des objectifs extrêmes". Deux concepts à mon sens fondamentaux, celui du chemin, de la transformation, de la transition, où des compromis sont possibles, où il est souvent nécessaire d'attendre que les esprits changent; et celui du point d'arrivée, de l'objectif, dans le cas des Ecotopiens l'état d'équilibre avec des idées proches du concept actuel de permaculture. Toute la question est donc de savoir si le système informatique tel qu'on le conçoit aujourd'hui peut arriver à cet état d'équilibre.

Ressources clés


Action et ateliers

  • Des méthodes d'intelligence collective au service d'une redéfinition de nos envies communes sur le numérique :
    • Le débat mouvant pour mettre en mouvement la réflexion
    • Les 6 chapeaux de Bono pour se questionner ensemble, partager nos énergies sur nos pratiques numériques, par exemple au sein d'un collectif
    • Le mandala holistique et/ou le souvenir du futur pour imaginer ensemble un futur numérique qui nous fasse envie, ou pour rêver tout simplement!


Lectures

  • François Jarrige, Techno-critiques, 2016
  • L'âge des low tech Philippe Bihouix, 2018
  • Julia Laïane, Nicolas Alep, Contre l'alternumérisme, la lenteur, 2020